Catégories
témoignages filmés usage artistique des sources judiciaires webbook

Suivre les traces du génocide de Srebrenica

Au 4e jour du procès des attentats parisiens du 7 janvier 2015, le président Régis de Jorna a fait le choix de montrer, à l’audience, les séquences filmées de la scène de crime telle que les enquêteurs l’ont découverte en pénétrant dans les locaux du journal Charlie Hebdo… Dès lors, ces images, à l’appui du témoignage de l’enquêteur de la section antiterroriste de la brigade criminelle Christian Deau, se retrouveront certainement dans les archives consultables et exploitables par les historiens… de même que les archives filmées du TPIY donnent accès à des éléments de preuve filmés d’une extrême violence, notamment des vidéos d’exécutions.

Page de garde du rapport de l’enquêteur australien Dean Manning, établi à la demande du procureur du tribunal pénal international en 2003 : “Enquête Srebrenica – sommaire des preuves médico-légales – sites d’exécution et charniers 2001.”

Insupportables, ces images qui montrent le crime dans sa réalisation concrète se trouvent mises à la disposition du public au titre des archives du tribunal. Produites par le bureau du procureur lors d’un procès, elles se trouvent numérotées et enregistrées par la Cour après leur admission comme preuve à l’occasion de l’audition d’un témoin. Elles ont alors joué leur rôle : soutenir l’accusation dans l’établissement des faits incriminés. La question est de savoir ce qu’elles apportent lorsqu’il s’agit de raconter l’histoire judiciaire, notamment celle de Srebrenica. La question est de savoir ce que l’historien fait de ces séquences-vidéos, ce que l’historien du droit fait de ces preuves filmées. Importantes pour l’établissement des faits, nécessaires comme archives, efficaces comme preuves, il est nécessaire de s’interroger sur la diffusion de certaines de ces images et de déterminer à quel moment le contenu d’une vidéo admise comme preuve à un procès est utile à produire et à quel autre moment, il devient problématique de le faire, même dans le cadre du récit historique.

Dans les archives du TPIY, certains éléments de preuve comme des photographies ou des films montrent des actes criminels en train d’être commis. Si ces images permettent d’établir les faits lors de la procédure judiciaire, elles constituent ensuite des archives consultables et exploitables par l’historien. La question de leur exposition se pose de manière d’autant plus impérative lorsque la diffusion du travail historique est en ligne : la tentation d’un usage-illustration s’accentue lorsque la publication suppose à la fois du texte et de l’image.

En l’espèce, dans le cadre de cette recherche sur les archives filmées du Tribunal Pénal de l’ex-Yougoslavie, la question s’est imposée au sujet de la production au procès et de l’accès comme archive, d’une vidéo que l’on pourrait qualifier d’historique dans l’histoire judiciaire liée au génocide de Srebrenica. Produite par le bureau du procureur à l’occasion du procès de Milosevic en juin 2005, admise comme preuve à l’appui du témoignage de Slobodan Stojkovic au procès de Zdravko Tolimir le 1er décembre 2010, la vidéo sera de nouveau admise par la chambre du tribunal pénal international chargée de juger Radovan Karadzic. Il s’agit d’une vidéo qui montre l’exécution de six hommes musulmans, mises en scène par des paramilitaires serbes… des images insoutenables.

Dans une démarche d’écriture de l’histoire des procès historiques, la question se pose : comment retracer l’histoire judiciaire d’un massacre dont certains acteurs ont été jugés et d’autres laissés en liberté, dont certaines victimes ont été identifiées et d’autres restent encore au nombre des personnes disparues, comment écrire l’histoire d’un massacre dont les plaies ne sont pas refermées? Quelles images produire alors que le négationnisme sévit en République Serbe de Bosnie et à Belgrade et que la paix est loin de se faire à partir d’une reconnaissance unanime du génocide commis à Srebrenica ? Dans ce contexte d’histoire encore en marche, considérant que les tensions nationalistes sont de nouveau exacerbées, qu’est-il utile, pertinent et éthique de montrer puisque cette histoire se fonde en partie sur des séquences filmées?

En partant du procès de Radovan Karadzic, l’idée est de suivre “la trace” laissée par le génocide, trace qui, sous une certaine forme, se trouve intégrée dans les archives judiciaires et mise à disposition du public, des chercheurs et des artistes. Procéder ainsi permet de ne pas chercher à illustrer le crime de masse, pour se concentrer sur les traces qui ont permis de l’établir comme fait, et d’en rechercher les responsables et d’en faire histoire aujourd’hui. Il s’agit de placer le curseur au bon endroit : ne pas montrer inutilement le crime violent, ne pas participer, même au nom de l’histoire, à la diffusion de ces vidéos d’une extrême violence que les archives permettent de ré-animer d’une certaine manière, mais aborder le génocide sous une forme visuelle qui ne soit pas une re-présentation, dans le sens littéral du terme, de l’extermination, une manière de rejouer et de perpétuer sans fin, le drame des victimes.

En juin 2005, une vidéo d’exécution est produite par le bureau du procureur lors du contre interrogatoire du chef de police serbe Obrad Stevanovic mené par Georges Nice. La vidéo passe ensuite à la télévision serbe et bosniaque. En France, un extrait est diffusé lors du journal télévisé du 3 juin 2005. (capture d’écran du site de l’INA, on y repère le titre donné à la séquence : “vidéo d’exécutions à Srebrenica”. La présentatrice évoque “des images particulièrement difficiles”)

Loin d’édulcorer le crime, ne pas écrire l’histoire judiciaire à partir de ces images particulièrement violentes est en réalité un impératif épistémologique car, en tout état de cause, les vidéos des exécutions que l’on peut trouver dans les archives apportent peu d’éléments à la démonstration : une vidéo qui montre un meurtre ou même plusieurs meurtres ne démontre pas un génocide. Nous verrons que l’impact de cette vidéo se trouve ailleurs. Le génocide ne se montre pas, il se déduit d’un ensemble d’éléments dont nous essaierons de suivre la trace, à l’appui du témoignage d’un enquêteur au procès. En d’autres termes, pour écrire l’histoire judiciaire d’un génocide, l’accès au contenu d’une vidéo d’exécution n’a pas de réel intérêt. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne soit pas utile d’en souligner le rôle et la valeur probante : écrire l’histoire d’une vidéo déterminante suffit pour l’intégrer au récit historique sans que le visionnage s’avère nécessaire. La trace qu’elle laisse dans l’histoire judiciaire se focalise alors davantage sur sa force probante, sur sa performance plutôt que sur son contenu. En ce qui concerne les autres traces du massacre de Srebrenica, leur efficacité repose sur un acteur déterminant : l’expert. Nous avons choisi de travailler sur les séquences filmées de l’audition de l’enquêteur français Jean-René Ruez pour éclairer cette tragédie de l’histoire européenne et en écrire l’histoire. …

Cite this article as: Ninon Maillard, "Suivre les traces du génocide de Srebrenica," in Profil, 03/03/2022, https://procesfilmes.hypotheses.org/1880.

Pour l’instant, seul le lien vers “L’histoire d’une vidéo historique” (à gauche) est actif. Le texte sur les traces du génocide est en cours d’écriture

Histoire d’une vidéo historique

Capture d’écran de la séquence filmée par l’unité paramilitaire serbe des Scorpions en 1995 à Srebrenica.

En 1995, des membres de l’unité paramilitaire serbe des “Scorpions” filment l’exécution de jeunes musulmans de Srebrenica.

Le 1er juin 2005, cette vidéo est produite pour la première fois devant le TPIY…

Elle sera aussi admise comme preuve à l’occasion du procès de Radovan Karadzic.

Les traces du génocide : le rôle de l’expert

Capture d’écran de l’audition de l’enquêteur français Jean-René Ruez au procès de Radovan Karadzic, le 27 janvier 2012.

En janvier 2012, l’enquêteur français Jean-René Ruez est auditionné par le TPIY. A l’appui d’un véritable arsenal probatoire composé de photos, d’images satellites, de vidéos et de rapports, son expertise contribue à établir la réalité des crimes commis à Srebrenica et les faire qualifier de génocide.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search