Catégories
Création théâtrale

Nos reconstructions

Présentation
Pauline Susini

Le 13 novembre 2015, Paris a été frappé en plein cœur. Faisant de ce jour une des plus graves attaques terroristes jamais connue en France. Quatre ans après, où en est notre reconstruction collective ? Cette question est pour moi le point de départ de l’écriture d’une création théâtrale.

À partir des récits collectés, des entretiens, des recherches menées, nous construisons une narration non linéaire ; un caléidoscope de notre présent, un puzzle en mouvement qui évoluera avec les procès.

Le théâtre permet de participer à cette reconstruction collective. On y admet l’horreur et la poésie, la distance, le point de vue, les libertés prises avec le réel. Et si mon hésitation à m’emparer de ce sujet fut conséquente, je l’aborde à présent comme un ajout de points de vue, une matière supplémentaire à notre regard porté sur cet événement de l’Histoire contemporaine.

Cette histoire n’est pas faite de personnages mais de personnes, et je l’écris comme elle m’écrit également. Pour ma troisième pièce en tant qu’autrice, ce va-et-vient entre la création et l’écriture est au cœur de mon travail.

La reconstruction est protéiforme : elle concerne nos corps, nos esprits, nos quartiers, notre ville. Et grâce au procès qui débutera en 2021, une autre reconstruction tout aussi fondamentale pourra advenir : la réparation judiciaire.

Le procès mettra en lumière des questions auxquelles il semble difficile de trouver des réponses : Combien vaut ma souffrance ? Comment calculer le traumatisme invisible, psychique ? Quel est le prix de la perte d’un enfant, d’un conjoint, d’un frère ?

Pour cette création, la question de la fiction est fondamentale : en partant des entretiens intimes des témoins du 13 novembre, collectés par l’IHTP, j’interroge la place de la mémoire collective dans l’espace public. Comment les traumatismes personnels définissent et influent notre société ?

Comment deviennent-ils des traumatismes collectifs ? Dans quelle mesure redéfinissent-ils nos liens et nos futurs communs ?

Dans son dernier livre Histoire, Guillaume Mazeau parle de « l’Histoire avec son grand h minuscule », en effet, l’histoire n’est vraiment forte que lorsqu’elle part de l’expérience des vies ordinaires.


BIOGRAPHIE DE LA PORTEUSE DE PROJET


Pauline Susini se forme pendant trois ans au Conservatoire d’art dramatique du Vème arrondissement de Paris, avec Bruno Wacrenier et Solène Fiumani. Parallèlement, elle effectue des stages en tant que comédienne, assistante à la mise en scène et à l’écriture avec Bruno Cadillon, Alain Batis et Robin Renucci.
En 2008, elle crée la Compagnie des Vingtièmes Rugissants, au sein de laquelle elle monte Visites de Jon Fosse (2008), Débrayage de Rémi De Vos (2010), Getting Attention de Martin Crimp (2011), Ailleurs, création collective (2012) et Marie-Antoinette(s), spectacle dont elle est l’autrice.
En tant qu’assistante à la mise en scène, elle travaille avec Joël Pommerat sur La réunification des deux Corées (2012), avec Justine Heynemann sur La Discrète Amoureuse de Lope De Vega (2015) et sur Les Petites Reines de Clémentine Beauvais (2017). Elle travaille également en Belgique auprès de Réhab Méhal sur son triptyque La Réconciliation. Les deux premiers volets : El Koud’s et Sur le chemin se sont joués au Théâtre National de Bruxelles ainsi qu’au Festival de Liège. Elle mettra en scène le dernier volet du triptyque : La fille du Sacrifice au théâtre Océan Nord à Bruxelles en 2021.
Elle travaille depuis une dizaine d’années auprès des jeunes en Seine-Saint-Denis avec la compagnie Féminisme Enjeux, soutenue par l’Observatoire des violences envers les femmes et utilise la méthode du Théâtre de L’Opprimé d’Augusto Boal et le théâtre forum pour lutter contre le sexisme et les rapports inégalitaires.
En parallèle, elle enseigne le théâtre dans différentes écoles et conservatoires et travaille depuis quatre ans en collaboration avec le Théâtre Gérard Philipe (CDN de Saint-Denis). Dernièrement elle crée sa propre école pour comédiens amateurs : SOPA, qui met en avant des pratiques théâtrales protéiformes.
Elle exerce également une activité de comédienne et a récemment joué dans le spectacle L’Âge bête mis en scène par Lara Marcou crée au CDN de Rouen. Dernièrement, elle a obtenu l’aide à la mise en scène de l’Association Beaumarchais pour sa nouvelle pièce Des Vies Sauvages, co-écrite avec Guillaume Mazeau, créée à la Ferme de Bel-Ébat à Guyancourt lors de la saison 2020- 2021.
Pauline Susini a participé à la collecte d’entretiens filmés sur les attentats du 13 novembre 2015 organisée par Christian Delage au sein de l’IHTP et initie un travail sensible et inédit autour de la mémoire traumatique collective.


PARCOURS DE LA COMPAGNIE : LES VINGTIÈMES RUGISSANTS

Fondée par Pauline Susini, la compagnie Les Vingtièmes Rugissants est créée en 2008. Les créations de la compagnie ont pour trait commun une approche et un intérêt particuliers pour les formes contemporaines et pluridisciplinaires, le théâtre mais aussi la danse, le son et la vidéo notamment. Pauline Susini s’intéresse dès les premières années à des textes contemporains comme Visites de Jon Fosse, Getting Attention de Martin Crimp ou encore Débrayage de Rémi De Vos. Depuis quatre ans maintenant elle se consacre à l’écriture et écrit ainsi les spectacles qu’elle monte. Ce travail lui permet de creuser les notions d’improvisations, de recherches dramaturgiques, de croisements des perspectives scéniques. Ainsi est né en 2012 un premier travail sur les rêves, Ailleurs, qui a été créé grâce à une résidence de cinq semaines aux Prairies – Théâtre de la Colline ainsi que plusieurs semaines de travail au Théâtre des Amandiers de Nanterre et au Théâtre de l’Odéon. C’était un spectacle « hybride » où le corps et les sensations étaient au cœur de la recherche. Le spectacle a été joué à la Loge deux saisons d’affilées (avril 2013 et octobre 2013) ainsi qu’à l’espace Confluence (décembre 2013). Ce premier essai a permis à la compagnie d’être sélectionnée par le théâtre Paris-Villette pour une carte blanche. Cette collaboration initiale a donné suite à une deuxième programmation quelques mois plus tard, dans le cadre du festival #spot1. Marie-Antoinette(s) est née lors de cette carte blanche. Ce spectacle était une histoire imaginaire, à l’orée du conte, qui creusait une vision fantasmée de Marie-Antoinette. Le spectacle sera créé au Théâtre Montansier (co-producteur du spectacle) à Versailles en avril 2016 et repris au Théâtre de l’Avant Seine en octobre de la même année. Ce projet a également reçu le soutien d’Arcadi Plateaux Solidaires et de La Cuisine. Depuis ces représentations, Marion Colleter de l’ONDA suit le travail de la compagnie. Des vies sauvages, co-écrit avec Guillaume Mazeau, historien de Ça Ira – Fin de Louis de Joël Pommerat, est le dernier projet de la compagnie. C’est l’histoire d’une femme, Maxime, qui vit sous l’emprise d’un homme. Une histoire vue par bribes, entre la traque dont elle est la cible et sa lutte pour s’en échapper. Le projet a obtenu l’aide à la mise en scène Beaumarchais. Le Carreau du Temple ainsi que le Théâtre Paris-Villette ont reçu la compagnie en résidence en 2018. Suite à ces étapes de travail, le Théâtre Paris-Villette a programmé une lecture mise en espace Des Vies Sauvages dans le cadre du festival SPOT#5 en septembre 2018. À cette occasion, Chantal de Charmoy du Théâtre Carré Belle-Feuille a parrainé le projet lors des Rencontres du réseau ACTIF 2018. Après une première création en extérieur au Festival SITU à Veules-Les-Roses en septembre 2019, le Théâtre de l’Aquarium a accueilli la compagnie en résidence. À la saison 2020-2021, le spectacle est créé à La Ferme de Bel-Ébat à Guyancourt, puis sera en tournée en Normandie et au Grand-Parquet à Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search