Catégories
témoignages filmés

Attentats du 13 novembre 2015 : des vies plus jamais ordinaires

Une collecte de vingt témoignages filmés

Mar. 28 septembre 2021 : projection et conférence autour de la collecte en présence de Christian Delage

Forum des images

Présentation : Christian Delage

Le 6 septembre prochain, à la veille de l’ouverture du procès des responsables des attentats du 13 novembre 2015, les vingt témoignages filmés par l’IHTP de 2016 à 2019 dans le cadre de la collecte « Attentats du 13 novembre : des vies plus jamais ordinaires », seront officiellement déposés à la Bibliothèque nationale de France pour y être conservés et valorisés. La plupart des personnes que nous avons filmées seront présentes et seront accueillies par la présidente de la BnF, Madame Laurence Engel. Le 28 septembre, la BnF s’associera au Forum des images pour organiser une soirée de projections d’extraits de ces témoignages. Enfin, dans le cadre du procès, certains des survivants des attentats qui nous ont donné leur récit seront appelés à la barre pour témoigner. Nous envisageons alors de filmer leurs premières réactions à l’issue de leur déposition.

Dès le début de l’année 2016, sur l’impulsion d’Antoine Lefébure, l’IHTP a décidé d’aller à la rencontre des victimes et des témoins de ces attentats, qu’ils figurent parmi les victimes survivantes, ou parmi les professionnels chargés de gérer la situation sur place (policiers, pompiers, médecins, etc.), en réunissant une petite équipe de jeunes doctorants (Claire Demoulin, José Quental, Antoine Rocipon, Chun Chun Wang, Alain Zind), pour la plupart issus des quartiers visés par les terroristes, et de chercheurs, historiens ou anthropologues (Élisabeth Claverie, Hélène Dumas), qui ont déjà acquis une longue expérience dans la collecte et le traitement des témoignages de survivants et de témoins professionnels de génocides du vingtième siècle.

De mars 2016 à novembre 2019, nous avons filmé ces entretiens de manière professionnelle, avec le concours de Zadig Films (Dominique Gibrail et Maxime Spinga), d’un chef-opérateur de prise de vues (Jean-Christophe Beauvallet, assisté d’Alain Zind), et d’un ingénieur du son (Mikaël Kandelman) habitués des longs-métrages de fiction aussi bien que des documentaires. Nous considérons en effet que si l’on recourt au langage de l’image animée, c’est pour en faire bénéficier les témoignages de la puissance d’expression et non la limiter à une simple fonction de captation ou d’enregistrement. Chaque témoin est filmé dans un lieu différent, selon un questionnaire ouvert qui lui donne toute latitude de construire son récit librement, sans jamais être interrompu. Dans leur majorité, les personnes interviewées se sont portées volontaires pour livrer leur récit, grâce au soutien de France Inter qui a fait connaître notre projet (Laurence Bloch, Jean Lebrun), puis du soutien de RFI (Valérie Nivelon). Elles l’ont fait en sachant que nous les approchions en tant que membres du CNRS et de l’université Paris 8, garantes de l’enjeu mémoriel de notre démarche, et avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France, garante de l’enjeu patrimonial. Nous entretenons avec certaines d’entre elles une relation épistolaire continue qui nous permet de suivre l’évolution de leur situation vers ce que Paul Ricœur qualifie de mémoire apaisée. Nous nous tenons cependant à la place qui est la nôtre, celle d’historiens du temps présent, tandis que d’autres instances interviennent à titre officiel – comme l’assistance juridique, administrative et psychologique fournie par les services du procureur en charge de l’enquête, ou privé – avec les deux associations créées au lendemain des attentats.

Cette collecte a été pensée comme une médiation, à trois – réalisateur, témoin, interviewer, et non, comme souvent, à deux – témoin, interviewer. Elle se veut respectueuse de l’intimité des personnes filmées (et de leur souhait initial de venir vers nous), et soucieuse, pour chacune d’entre elles, de trouver la bonne distance : celle qui met en confiance et autorise le témoin à livrer son récit, tout en donnant une place à de futurs spectateurs, quel que soit leur statut, en les invitant à voir, sans le filtre ou le détour d’une base de données, l’entretien filmé.


Dépot à la BNF

Cérémonie de dépôt des témoignages filmés à la BNF, le 6 septembre 2021. Voir le communiqué de presse.

Alice Barraud

Alice, acrobate-voltigeuse (Les Dodos, Piano sur le fil…), est touchée au bras lors des attentats de novembre 2015. Durant ses années de reconstruction, d’hôpital, de centre de rééducation, de psychothérapie et d’expertises médicales, elle n’a cessé́ de noter ses réflexions, de poétiser ses doutes, ses maux et ses combats dans des carnets devenus le défouloir de ce qu’elle ne pouvait alors dire tout haut. Elle a écrit en attendant les jours meilleurs où elle se sentirait la force d’en faire un spectacle, de transcender son vécu pour faire naître la beauté et les rires du chaos, de transmuter la boue de son histoire personnelle en une eau plus lumineuse qui puisse se partager avec chacun.

Entretien avec Alice Barraud et Raphaël de Pressigny

Elle s’est entourée de Raphaël de Pressigny (Feu! Chatterton) et de ses instruments pour nous conter en corps, en mots et en musique les dernières années de sa vie, habitées par le rêve et le combat de reprendre son métier de voltigeuse et de retrouver « la justesse de quand tout se passe bien ». Cet étrange duo nous prend par la main et nous mène dans ces endroits où il est difficile de poser le regard, dans les ramifications les plus contradictoires d’une reconstruction : la danse explosive des douleurs et colères inévitables, le burlesque trouvé dans une chambre d’hôpital, la folie et la paranoïa qui parfois submergent, la difficile et douce intégration d’un handicap, mais aussi et surtout l’imaginaire nécessaire pour retrouver l’envol.

https://www.youtube.com/watch?v=ruX5_IJJKj4

Le récit d’Alice et son frère Aristide a également été mis en dessin par RFI. Un frère et une sœur fous de Paris, un rugbyman et une acrobate talentueux, dont les destinées ont basculé devant le restaurant Le Petit Cambodge. Face à un « fou de dieu » tirant à la kalachnikov, au soir du 13 novembre 2015


Thibault Morgant

Parmi les premières personnes que nous avons rencontrées figure Thibault Morgant, présent avec sa femme au Bataclan le soir du 13 novembre 2015. Élisabeth Claverie, qui a conduit l’entretien, lui a écrit après-coup :  « Je n’avais jamais entendu quelqu’un décrire de cette façon « présente », haletante, les dilemmes constants et de toutes sortes qu’il a dû résoudre, dans ce Bataclan livré à la folie, jamais entendu quelqu’un qui pouvait faire ressentir à ceux qui n’étaient pas là, toute la complexité des contraintes dans lesquelles il a été pris, et sa femme avec lui, la présence de tous les autres, et cette façon de faire ressentir, aussi, la culpabilité ressentie de les avoir et traversées et « résolues ».Nous présentons ici un montage court de cet entretien, que nous avions réalisé pendant la collecte pour la faire connaître, en France et aux États-Unis.



Citer ce billet
Alain Zind (2021, 14 août). Attentats du 13 novembre 2015 : des vies plus jamais ordinaires. Profil. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://procesfilmes.hypotheses.org/211

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search