Catégories
témoignages filmés

Les témoins

Moment-clé judiciaire et événement historique

En janvier 2014, le général Ratko Mladic, dont le procès est en cours au sein du même Tribunal Pénal International de l’ex-Yougoslavie, est appelé à témoigner au procès de Radovan Karadzic. Événement remarqué que cette audition : deux des plus importants protagonistes serbes de la guerre en Bosnie-Herzégovine se retrouvent dans la salle d’audience du tribunal international. Mais l’audition se révèle sur le fond sans grand intérêt.

La presse française, à l’époque, ne s’y trompe pas en signalant que “le face-à-face” qui “promettait d’être historique” a tourné à “la farce”. Ratko Mladic ne répond en effet à aucune des questions posées par Karadzic et son audition est une coquille vide : le témoin ne témoigne pas.

Comparativement à l’audition du “boucher des Balkans”, le témoignage du journaliste britannique Ed Vulliamy (le 9 novembre 2011) relèverait de la routine judiciaire dans le sens où rien a priori ne différencie cette audition d’un autre témoignage du même type : Ed Vulliamy n’est pas une victime mais un reporter du Guardian envoyé dans la zone de conflit en août 1992. Mais son témoignage est décisif car il a non seulement visité les camps d’extermination de la région de Prijedor et peut témoigner de certains crimes mais il est en mesure de rapporter la parole des victimes ou de certains des accusés qu’il a rencontrés sur place, à l’époque et dont il a pu constater le pouvoir et le rôle actif.

Il est entendu par le tribunal pour la première fois à l’occasion du procès de Milomir Stakic (2002-2006) qui sera condamné à 40 ans de prison pour crimes contre l’humanité et violation des lois ou coutumes de guerre pour son rôle dans les persécutions, l’entreprise d’extermination et les meurtres perpétrés dans la région de Prijedor dont il était le principal responsable politique.

Avec une équipe de la chaîne TV ITN, Ed Vulliamy a visité les camps d’Omarska et de Trnopolje, en Bosnie, dans la région de Prijedor.

Carte de Prijedor entourée de photographies (IT-95-5/18 Karadzic and Mladic, Exhibit P02095, Date : 17/01/2011, By : Prosecution)

Le reportage d’ITN, diffusé le 6 août 1992, révèlera au monde entier l’existence desdits camps. Vingt ans plus tard, l’audition du journaliste devant le Tribunal Pénal de l’ex-Yougoslavie, moins médiatisée que ne le sera celle de Ratko Mladic 3 ans plus tard, est déterminante sur le fond : Ed Vulliamy confirme ses dépositions précédentes, identifie les décideurs locaux et témoigne du lien de subordination qui liait ces derniers à Radovan Karadzic. 

Dans le cadre des liens que nous tentons de tisser entre le procès filmé des attentats du 13 novembre 2015 et l’expérience historique des procès filmés de la justice internationale, il s’agit de souligner ici que l’histoire du procès se construit sur le long terme : la parole décisive n’est pas forcément là où le public ou les victimes l’attendent et l’espèrent. La déception fait pleinement partie de l’expérience judiciaire : les quelques minutes de l’audition de Mladic firent donc événement, mais sans vraiment faire histoire tandis que les heures de témoignages d’Ed Vulliamy, peu médiatiques, participent à l’écriture de l’histoire des faits et à l’établissement des responsabilités.

Cite this article as: Ninon Maillard, "Les témoins," in Profil, 24/01/2022, https://procesfilmes.hypotheses.org/349.

Le témoignage d’Ed Vulliamy

TPIY, audience du 09/11/2011

Le témoignage de Ratko Mladic

TPIY, audience du 28/01/2014


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search