Catégories
Uncategorized

Actualités

Autour du procès des attentats du 13 Novembre

L’actualité du procès, par France Inter

Cérémonie de dépôt des témoignages filmés à la BNF, le 6 septembre 2021. Voir le communiqué de presse.

Catégories
rapports et entretiens

Procès des attentats de Janvier 2015

Rapport d’observation du procès, à propos de la captation du procès. Par Alexis Couroussé-Volat et Maxime Gasnault. Sous la direction de Christian Delage. Consulter le document

 


Entretien avec Yannick Haenel. Cet entretien a eu lieu à l’Institut d’histoire du temps présent le 9 mars 2021, en présence de Christian Delage et de Matthieu Combe, Alexis Couroussé-Volat, Maxime Gasnault et Thibault Guichard, masterants et doctorants à l’université Paris 8 et à l’IHTP. Thibault Guichard en a assuré la transcription et la mise en page. Consulter l’entretien

Catégories
Uncategorized

Procès des attentats du 13 Novembre

Dépêche : Dépôt des témoignages réalisés par Christian Delage à la BNF, lundi 6 septembre 2021. Voir la dépêche complète

par l’AFP

Catégories
témoignages filmés

Attentats du 13 novembre 2015 : des vies plus jamais ordinaires

Une collecte de vingt témoignages filmés

Mar. 28 septembre 2021 : projection et conférence autour de la collecte en présence de Christian Delage

Forum des images

Présentation : Christian Delage

Le 6 septembre prochain, à la veille de l’ouverture du procès des responsables des attentats du 13 novembre 2015, les vingt témoignages filmés par l’IHTP de 2016 à 2019 dans le cadre de la collecte « Attentats du 13 novembre : des vies plus jamais ordinaires », seront officiellement déposés à la Bibliothèque nationale de France pour y être conservés et valorisés. La plupart des personnes que nous avons filmées seront présentes et seront accueillies par la présidente de la BnF, Madame Laurence Engel. Le 28 septembre, la BnF s’associera au Forum des images pour organiser une soirée de projections d’extraits de ces témoignages. Enfin, dans le cadre du procès, certains des survivants des attentats qui nous ont donné leur récit seront appelés à la barre pour témoigner. Nous envisageons alors de filmer leurs premières réactions à l’issue de leur déposition.

Dès le début de l’année 2016, sur l’impulsion d’Antoine Lefébure, l’IHTP a décidé d’aller à la rencontre des victimes et des témoins de ces attentats, qu’ils figurent parmi les victimes survivantes, ou parmi les professionnels chargés de gérer la situation sur place (policiers, pompiers, médecins, etc.), en réunissant une petite équipe de jeunes doctorants (Claire Demoulin, José Quental, Antoine Rocipon, Chun Chun Wang, Alain Zind), pour la plupart issus des quartiers visés par les terroristes, et de chercheurs, historiens ou anthropologues (Élisabeth Claverie, Hélène Dumas), qui ont déjà acquis une longue expérience dans la collecte et le traitement des témoignages de survivants et de témoins professionnels de génocides du vingtième siècle.

De mars 2016 à novembre 2019, nous avons filmé ces entretiens de manière professionnelle, avec le concours de Zadig Films (Dominique Gibrail et Maxime Spinga), d’un chef-opérateur de prise de vues (Jean-Christophe Beauvallet, assisté d’Alain Zind), et d’un ingénieur du son (Mikaël Kandelman) habitués des longs-métrages de fiction aussi bien que des documentaires. Nous considérons en effet que si l’on recourt au langage de l’image animée, c’est pour en faire bénéficier les témoignages de la puissance d’expression et non la limiter à une simple fonction de captation ou d’enregistrement. Chaque témoin est filmé dans un lieu différent, selon un questionnaire ouvert qui lui donne toute latitude de construire son récit librement, sans jamais être interrompu. Dans leur majorité, les personnes interviewées se sont portées volontaires pour livrer leur récit, grâce au soutien de France Inter qui a fait connaître notre projet (Laurence Bloch, Jean Lebrun), puis du soutien de RFI (Valérie Nivelon). Elles l’ont fait en sachant que nous les approchions en tant que membres du CNRS et de l’université Paris 8, garantes de l’enjeu mémoriel de notre démarche, et avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France, garante de l’enjeu patrimonial. Nous entretenons avec certaines d’entre elles une relation épistolaire continue qui nous permet de suivre l’évolution de leur situation vers ce que Paul Ricœur qualifie de mémoire apaisée. Nous nous tenons cependant à la place qui est la nôtre, celle d’historiens du temps présent, tandis que d’autres instances interviennent à titre officiel – comme l’assistance juridique, administrative et psychologique fournie par les services du procureur en charge de l’enquête, ou privé – avec les deux associations créées au lendemain des attentats.

Cette collecte a été pensée comme une médiation, à trois – réalisateur, témoin, interviewer, et non, comme souvent, à deux – témoin, interviewer. Elle se veut respectueuse de l’intimité des personnes filmées (et de leur souhait initial de venir vers nous), et soucieuse, pour chacune d’entre elles, de trouver la bonne distance : celle qui met en confiance et autorise le témoin à livrer son récit, tout en donnant une place à de futurs spectateurs, quel que soit leur statut, en les invitant à voir, sans le filtre ou le détour d’une base de données, l’entretien filmé.


Dépot à la BNF

Cérémonie de dépôt des témoignages filmés à la BNF, le 6 septembre 2021. Voir le communiqué de presse.

Alice Barraud

Alice, acrobate-voltigeuse (Les Dodos, Piano sur le fil…), est touchée au bras lors des attentats de novembre 2015. Durant ses années de reconstruction, d’hôpital, de centre de rééducation, de psychothérapie et d’expertises médicales, elle n’a cessé́ de noter ses réflexions, de poétiser ses doutes, ses maux et ses combats dans des carnets devenus le défouloir de ce qu’elle ne pouvait alors dire tout haut. Elle a écrit en attendant les jours meilleurs où elle se sentirait la force d’en faire un spectacle, de transcender son vécu pour faire naître la beauté et les rires du chaos, de transmuter la boue de son histoire personnelle en une eau plus lumineuse qui puisse se partager avec chacun.

Entretien avec Alice Barraud et Raphaël de Pressigny

Elle s’est entourée de Raphaël de Pressigny (Feu! Chatterton) et de ses instruments pour nous conter en corps, en mots et en musique les dernières années de sa vie, habitées par le rêve et le combat de reprendre son métier de voltigeuse et de retrouver « la justesse de quand tout se passe bien ». Cet étrange duo nous prend par la main et nous mène dans ces endroits où il est difficile de poser le regard, dans les ramifications les plus contradictoires d’une reconstruction : la danse explosive des douleurs et colères inévitables, le burlesque trouvé dans une chambre d’hôpital, la folie et la paranoïa qui parfois submergent, la difficile et douce intégration d’un handicap, mais aussi et surtout l’imaginaire nécessaire pour retrouver l’envol.

https://www.youtube.com/watch?v=ruX5_IJJKj4

Le récit d’Alice et son frère Aristide a également été mis en dessin par RFI. Un frère et une sœur fous de Paris, un rugbyman et une acrobate talentueux, dont les destinées ont basculé devant le restaurant Le Petit Cambodge. Face à un « fou de dieu » tirant à la kalachnikov, au soir du 13 novembre 2015


Thibault Morgant

Parmi les premières personnes que nous avons rencontrées figure Thibault Morgant, présent avec sa femme au Bataclan le soir du 13 novembre 2015. Élisabeth Claverie, qui a conduit l’entretien, lui a écrit après-coup :  « Je n’avais jamais entendu quelqu’un décrire de cette façon « présente », haletante, les dilemmes constants et de toutes sortes qu’il a dû résoudre, dans ce Bataclan livré à la folie, jamais entendu quelqu’un qui pouvait faire ressentir à ceux qui n’étaient pas là, toute la complexité des contraintes dans lesquelles il a été pris, et sa femme avec lui, la présence de tous les autres, et cette façon de faire ressentir, aussi, la culpabilité ressentie de les avoir et traversées et « résolues ».Nous présentons ici un montage court de cet entretien, que nous avions réalisé pendant la collecte pour la faire connaître, en France et aux États-Unis.

Catégories
Création théâtrale

Nos reconstructions

Présentation
Pauline Susini

Le 13 novembre 2015, Paris a été frappé en plein cœur. Faisant de ce jour une des plus graves attaques terroristes jamais connue en France. Quatre ans après, où en est notre reconstruction collective ? Cette question est pour moi le point de départ de l’écriture d’une création théâtrale.

À partir des récits collectés, des entretiens, des recherches menées, nous construisons une narration non linéaire ; un caléidoscope de notre présent, un puzzle en mouvement qui évoluera avec les procès.

Le théâtre permet de participer à cette reconstruction collective. On y admet l’horreur et la poésie, la distance, le point de vue, les libertés prises avec le réel. Et si mon hésitation à m’emparer de ce sujet fut conséquente, je l’aborde à présent comme un ajout de points de vue, une matière supplémentaire à notre regard porté sur cet événement de l’Histoire contemporaine.

Cette histoire n’est pas faite de personnages mais de personnes, et je l’écris comme elle m’écrit également. Pour ma troisième pièce en tant qu’autrice, ce va-et-vient entre la création et l’écriture est au cœur de mon travail.

La reconstruction est protéiforme : elle concerne nos corps, nos esprits, nos quartiers, notre ville. Et grâce au procès qui débutera en 2021, une autre reconstruction tout aussi fondamentale pourra advenir : la réparation judiciaire.

Le procès mettra en lumière des questions auxquelles il semble difficile de trouver des réponses : Combien vaut ma souffrance ? Comment calculer le traumatisme invisible, psychique ? Quel est le prix de la perte d’un enfant, d’un conjoint, d’un frère ?

Pour cette création, la question de la fiction est fondamentale : en partant des entretiens intimes des témoins du 13 novembre, collectés par l’IHTP, j’interroge la place de la mémoire collective dans l’espace public. Comment les traumatismes personnels définissent et influent notre société ?

Comment deviennent-ils des traumatismes collectifs ? Dans quelle mesure redéfinissent-ils nos liens et nos futurs communs ?

Dans son dernier livre Histoire, Guillaume Mazeau parle de « l’Histoire avec son grand h minuscule », en effet, l’histoire n’est vraiment forte que lorsqu’elle part de l’expérience des vies ordinaires.


BIOGRAPHIE DE LA PORTEUSE DE PROJET


Pauline Susini se forme pendant trois ans au Conservatoire d’art dramatique du Vème arrondissement de Paris, avec Bruno Wacrenier et Solène Fiumani. Parallèlement, elle effectue des stages en tant que comédienne, assistante à la mise en scène et à l’écriture avec Bruno Cadillon, Alain Batis et Robin Renucci.
En 2008, elle crée la Compagnie des Vingtièmes Rugissants, au sein de laquelle elle monte Visites de Jon Fosse (2008), Débrayage de Rémi De Vos (2010), Getting Attention de Martin Crimp (2011), Ailleurs, création collective (2012) et Marie-Antoinette(s), spectacle dont elle est l’autrice.
En tant qu’assistante à la mise en scène, elle travaille avec Joël Pommerat sur La réunification des deux Corées (2012), avec Justine Heynemann sur La Discrète Amoureuse de Lope De Vega (2015) et sur Les Petites Reines de Clémentine Beauvais (2017). Elle travaille également en Belgique auprès de Réhab Méhal sur son triptyque La Réconciliation. Les deux premiers volets : El Koud’s et Sur le chemin se sont joués au Théâtre National de Bruxelles ainsi qu’au Festival de Liège. Elle mettra en scène le dernier volet du triptyque : La fille du Sacrifice au théâtre Océan Nord à Bruxelles en 2021.
Elle travaille depuis une dizaine d’années auprès des jeunes en Seine-Saint-Denis avec la compagnie Féminisme Enjeux, soutenue par l’Observatoire des violences envers les femmes et utilise la méthode du Théâtre de L’Opprimé d’Augusto Boal et le théâtre forum pour lutter contre le sexisme et les rapports inégalitaires.
En parallèle, elle enseigne le théâtre dans différentes écoles et conservatoires et travaille depuis quatre ans en collaboration avec le Théâtre Gérard Philipe (CDN de Saint-Denis). Dernièrement elle crée sa propre école pour comédiens amateurs : SOPA, qui met en avant des pratiques théâtrales protéiformes.
Elle exerce également une activité de comédienne et a récemment joué dans le spectacle L’Âge bête mis en scène par Lara Marcou crée au CDN de Rouen. Dernièrement, elle a obtenu l’aide à la mise en scène de l’Association Beaumarchais pour sa nouvelle pièce Des Vies Sauvages, co-écrite avec Guillaume Mazeau, créée à la Ferme de Bel-Ébat à Guyancourt lors de la saison 2020- 2021.
Pauline Susini a participé à la collecte d’entretiens filmés sur les attentats du 13 novembre 2015 organisée par Christian Delage au sein de l’IHTP et initie un travail sensible et inédit autour de la mémoire traumatique collective.


PARCOURS DE LA COMPAGNIE : LES VINGTIÈMES RUGISSANTS

Fondée par Pauline Susini, la compagnie Les Vingtièmes Rugissants est créée en 2008. Les créations de la compagnie ont pour trait commun une approche et un intérêt particuliers pour les formes contemporaines et pluridisciplinaires, le théâtre mais aussi la danse, le son et la vidéo notamment. Pauline Susini s’intéresse dès les premières années à des textes contemporains comme Visites de Jon Fosse, Getting Attention de Martin Crimp ou encore Débrayage de Rémi De Vos. Depuis quatre ans maintenant elle se consacre à l’écriture et écrit ainsi les spectacles qu’elle monte. Ce travail lui permet de creuser les notions d’improvisations, de recherches dramaturgiques, de croisements des perspectives scéniques. Ainsi est né en 2012 un premier travail sur les rêves, Ailleurs, qui a été créé grâce à une résidence de cinq semaines aux Prairies – Théâtre de la Colline ainsi que plusieurs semaines de travail au Théâtre des Amandiers de Nanterre et au Théâtre de l’Odéon. C’était un spectacle « hybride » où le corps et les sensations étaient au cœur de la recherche. Le spectacle a été joué à la Loge deux saisons d’affilées (avril 2013 et octobre 2013) ainsi qu’à l’espace Confluence (décembre 2013). Ce premier essai a permis à la compagnie d’être sélectionnée par le théâtre Paris-Villette pour une carte blanche. Cette collaboration initiale a donné suite à une deuxième programmation quelques mois plus tard, dans le cadre du festival #spot1. Marie-Antoinette(s) est née lors de cette carte blanche. Ce spectacle était une histoire imaginaire, à l’orée du conte, qui creusait une vision fantasmée de Marie-Antoinette. Le spectacle sera créé au Théâtre Montansier (co-producteur du spectacle) à Versailles en avril 2016 et repris au Théâtre de l’Avant Seine en octobre de la même année. Ce projet a également reçu le soutien d’Arcadi Plateaux Solidaires et de La Cuisine. Depuis ces représentations, Marion Colleter de l’ONDA suit le travail de la compagnie. Des vies sauvages, co-écrit avec Guillaume Mazeau, historien de Ça Ira – Fin de Louis de Joël Pommerat, est le dernier projet de la compagnie. C’est l’histoire d’une femme, Maxime, qui vit sous l’emprise d’un homme. Une histoire vue par bribes, entre la traque dont elle est la cible et sa lutte pour s’en échapper. Le projet a obtenu l’aide à la mise en scène Beaumarchais. Le Carreau du Temple ainsi que le Théâtre Paris-Villette ont reçu la compagnie en résidence en 2018. Suite à ces étapes de travail, le Théâtre Paris-Villette a programmé une lecture mise en espace Des Vies Sauvages dans le cadre du festival SPOT#5 en septembre 2018. À cette occasion, Chantal de Charmoy du Théâtre Carré Belle-Feuille a parrainé le projet lors des Rencontres du réseau ACTIF 2018. Après une première création en extérieur au Festival SITU à Veules-Les-Roses en septembre 2019, le Théâtre de l’Aquarium a accueilli la compagnie en résidence. À la saison 2020-2021, le spectacle est créé à La Ferme de Bel-Ébat à Guyancourt, puis sera en tournée en Normandie et au Grand-Parquet à Paris.

Catégories
conférences

Les acteurs en parlent

Filmer les procès, un enjeu social : les acteurs en parlent
Cycle de conférences-débats


11 mars-19 septembre 2021, 18h-19h, en visioconférence et en podcasts


En lien avec l’exposition Filmer les procès, un enjeu social, et avec le soutien de l’Institut d’Histoire du Temps présent, dans le cadre du Labex « Les Passés dans le présent », les Archives nationales propose de suivre un cycle de conférences à distance et en direct de 18h à 19h de mars à septembre 2021, enrichi par des podcasts disponibles pour chacune des interventions.

En s’adressant plus particulièrement à des personnalités qui sont des acteurs de la Justice, ou qui sont des spectateurs privilégiés des audiences, nous proposons d’interroger les spécificités des 14 procès enregistrés au titre des archives audiovisuelles de la Justice. En quoi le filmage leur confère-t-il une place mémorielle dans l’Histoire ? qu’est-ce qui se joue dans l’acte de juger au cours de tel procès ? Comment les archives audiovisuelles peuvent-elles offrir une connaissance citoyenne forte afin de mieux comprendre comment la Justice se construit en société ?
Ces questions seront abordées par un premier cycle centré sur les acteurs de la Justice, suivi d’un second où l’intérêt se portera sur le rôle et le regard des journalistes, très présents dans les audiences, mais privés de leurs caméras et appareils photos.

Les conférences sont libres et gratuites, sur inscription préalable : daeaa.archives-nationales@culture.gouv.fr.
 La visio-conférence utilisée est Team. Tout au long de la conférence-débat, vous pourrez poser des questions sur le chat ouvert, ou directement à l’invité en fin d’intervention. Toutes les séances pourront être vues en différé sur la chaîne YouTube des Archives nationales sur SoundCloud et sur France Culture.

 

PROGRAMME

Jeudi 11 mars


Cycle Être acteurs de la Justice

Le regard de l’expertise médicale, Françoise Sironi, experte psychologue près des tribunaux, maîtresse de conférences à l’Université Paris VIII, auteure de Psychologie des criminels contre l’humanité, Comment devient-on tortionnaire ?  (La Découverte, Paris, 2017) a été experte lors du procès en première instance de Pascal Simbikangwa (2014).


Mardi 23 mars

Cycle Être acteurs de la Justice

Le regard des parties civiles et association des victimes Dafroza et Alain Gauthier, cofondateurs du Collectif des Parties Civiles pour le Rwanda (CPCR) ont été parties civiles lors des quatre procès du génocide des Tutsi au Rwanda (2014, 2016, 2018).

Mardi 13 avril
Cycle Être acteurs de la Justice

Être avocat général, Bruno Sturlèse, Avocat général à la Cour de cassation, a dirigé l’équipe de l’accusation du procès de première instance du génocidaire hutu Pascal Sinbikangwa (2014).

 


Jeudi 29 avril

Cycle Être acteurs de la Justice

Être juge Xavière Simeoni, première vice-présidente au tribunal de grande instance de Créteil, cheffe du Service central de prévention de la corruption (SCPC) a présidé au procès en appel de Tito Barahira et Octavien Ngenzi

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search