Catégories
témoignages filmés usage artistique des sources judiciaires webbook

Suivre les traces du génocide de Srebrenica

Au 4e jour du procès des attentats parisiens du 7 janvier 2015, le président Régis de Jorna a fait le choix de montrer, à l’audience, les séquences filmées de la scène de crime telle que les enquêteurs l’ont découverte en pénétrant dans les locaux du journal Charlie Hebdo… Dès lors, ces images, à l’appui du témoignage de l’enquêteur de la section antiterroriste de la brigade criminelle Christian Deau, se retrouveront certainement dans les archives consultables et exploitables par les historiens… de même que les archives filmées du TPIY donnent accès à des éléments de preuve filmés d’une extrême violence, notamment des vidéos d’exécutions.

Page de garde du rapport de l’enquêteur australien Dean Manning, établi à la demande du procureur du tribunal pénal international en 2003 : “Enquête Srebrenica – sommaire des preuves médico-légales – sites d’exécution et charniers 2001.”

Insupportables, ces images qui montrent le crime dans sa réalisation concrète se trouvent mises à la disposition du public au titre des archives du tribunal. Produites par le bureau du procureur lors d’un procès, elles se trouvent numérotées et enregistrées par la Cour après leur admission comme preuve à l’occasion de l’audition d’un témoin. Elles ont alors joué leur rôle : soutenir l’accusation dans l’établissement des faits incriminés. La question est de savoir ce qu’elles apportent lorsqu’il s’agit de raconter l’histoire judiciaire, notamment celle de Srebrenica. La question est de savoir ce que l’historien fait de ces séquences-vidéos, ce que l’historien du droit fait de ces preuves filmées. Importantes pour l’établissement des faits, nécessaires comme archives, efficaces comme preuves, il est nécessaire de s’interroger sur la diffusion de certaines de ces images et de déterminer à quel moment le contenu d’une vidéo admise comme preuve à un procès est utile à produire et à quel autre moment, il devient problématique de le faire, même dans le cadre du récit historique.

Dans les archives du TPIY, certains éléments de preuve comme des photographies ou des films montrent des actes criminels en train d’être commis. Si ces images permettent d’établir les faits lors de la procédure judiciaire, elles constituent ensuite des archives consultables et exploitables par l’historien. La question de leur exposition se pose de manière d’autant plus impérative lorsque la diffusion du travail historique est en ligne : la tentation d’un usage-illustration s’accentue lorsque la publication suppose à la fois du texte et de l’image.

En l’espèce, dans le cadre de cette recherche sur les archives filmées du Tribunal Pénal de l’ex-Yougoslavie, la question s’est imposée au sujet de la production au procès et de l’accès comme archive, d’une vidéo que l’on pourrait qualifier d’historique dans l’histoire judiciaire liée au génocide de Srebrenica. Produite par le bureau du procureur à l’occasion du procès de Milosevic en juin 2005, admise comme preuve à l’appui du témoignage de Slobodan Stojkovic au procès de Zdravko Tolimir le 1er décembre 2010, la vidéo sera de nouveau admise par la chambre du tribunal pénal international chargée de juger Radovan Karadzic. Il s’agit d’une vidéo qui montre l’exécution de six hommes musulmans, mises en scène par des paramilitaires serbes… des images insoutenables.

Dans une démarche d’écriture de l’histoire des procès historiques, la question se pose : comment retracer l’histoire judiciaire d’un massacre dont certains acteurs ont été jugés et d’autres laissés en liberté, dont certaines victimes ont été identifiées et d’autres restent encore au nombre des personnes disparues, comment écrire l’histoire d’un massacre dont les plaies ne sont pas refermées? Quelles images produire alors que le négationnisme sévit en République Serbe de Bosnie et à Belgrade et que la paix est loin de se faire à partir d’une reconnaissance unanime du génocide commis à Srebrenica ? Dans ce contexte d’histoire encore en marche, considérant que les tensions nationalistes sont de nouveau exacerbées, qu’est-il utile, pertinent et éthique de montrer puisque cette histoire se fonde en partie sur des séquences filmées?

En partant du procès de Radovan Karadzic, l’idée est de suivre “la trace” laissée par le génocide, trace qui, sous une certaine forme, se trouve intégrée dans les archives judiciaires et mise à disposition du public, des chercheurs et des artistes. Procéder ainsi permet de ne pas chercher à illustrer le crime de masse, pour se concentrer sur les traces qui ont permis de l’établir comme fait, et d’en rechercher les responsables et d’en faire histoire aujourd’hui. Il s’agit de placer le curseur au bon endroit : ne pas montrer inutilement le crime violent, ne pas participer, même au nom de l’histoire, à la diffusion de ces vidéos d’une extrême violence que les archives permettent de ré-animer d’une certaine manière, mais aborder le génocide sous une forme visuelle qui ne soit pas une re-présentation, dans le sens littéral du terme, de l’extermination, une manière de rejouer et de perpétuer sans fin, le drame des victimes.

En juin 2005, une vidéo d’exécution est produite par le bureau du procureur lors du contre interrogatoire du chef de police serbe Obrad Stevanovic mené par Georges Nice. La vidéo passe ensuite à la télévision serbe et bosniaque. En France, un extrait est diffusé lors du journal télévisé du 3 juin 2005. (capture d’écran du site de l’INA, on y repère le titre donné à la séquence : “vidéo d’exécutions à Srebrenica”. La présentatrice évoque “des images particulièrement difficiles”)

Loin d’édulcorer le crime, ne pas écrire l’histoire judiciaire à partir de ces images particulièrement violentes est en réalité un impératif épistémologique car, en tout état de cause, les vidéos des exécutions que l’on peut trouver dans les archives apportent peu d’éléments à la démonstration : une vidéo qui montre un meurtre ou même plusieurs meurtres ne démontre pas un génocide. Nous verrons que l’impact de cette vidéo se trouve ailleurs. Le génocide ne se montre pas, il se déduit d’un ensemble d’éléments dont nous essaierons de suivre la trace, à l’appui du témoignage d’un enquêteur au procès. En d’autres termes, pour écrire l’histoire judiciaire d’un génocide, l’accès au contenu d’une vidéo d’exécution n’a pas de réel intérêt. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne soit pas utile d’en souligner le rôle et la valeur probante : écrire l’histoire d’une vidéo déterminante suffit pour l’intégrer au récit historique sans que le visionnage s’avère nécessaire. La trace qu’elle laisse dans l’histoire judiciaire se focalise alors davantage sur sa force probante, sur sa performance plutôt que sur son contenu. En ce qui concerne les autres traces du massacre de Srebrenica, leur efficacité repose sur un acteur déterminant : l’expert. Nous avons choisi de travailler sur les séquences filmées de l’audition de l’enquêteur français Jean-René Ruez pour éclairer cette tragédie de l’histoire européenne et en écrire l’histoire. …

Cite this article as: Ninon Maillard, "Suivre les traces du génocide de Srebrenica," in Profil, 03/03/2022, https://procesfilmes.hypotheses.org/1880.

Pour l’instant, seul le lien vers “L’histoire d’une vidéo historique” (à gauche) est actif. Le texte sur les traces du génocide est en cours d’écriture

Histoire d’une vidéo historique

Capture d’écran de la séquence filmée par l’unité paramilitaire serbe des Scorpions en 1995 à Srebrenica.

En 1995, des membres de l’unité paramilitaire serbe des “Scorpions” filment l’exécution de jeunes musulmans de Srebrenica.

Le 1er juin 2005, cette vidéo est produite pour la première fois devant le TPIY…

Elle sera aussi admise comme preuve à l’occasion du procès de Radovan Karadzic.

Les traces du génocide : le rôle de l’expert

Capture d’écran de l’audition de l’enquêteur français Jean-René Ruez au procès de Radovan Karadzic, le 27 janvier 2012.

En janvier 2012, l’enquêteur français Jean-René Ruez est auditionné par le TPIY. A l’appui d’un véritable arsenal probatoire composé de photos, d’images satellites, de vidéos et de rapports, son expertise contribue à établir la réalité des crimes commis à Srebrenica et les faire qualifier de génocide.

Catégories
témoignages filmés webbook

Mettre en doute la véracité des faits

Capture d’écran de l’enregistrement de l’audition d’Ed Vulliamy. Radovan Karadzic produit un passage du livre d’Ed Vulliamy et l’interroge à ce sujet.

“I’m quoting someone who is quoting maybe people he knew…”

“Je rapporte les paroles de quelqu’un qui rapporte les paroles peut-être de quelqu’un qu’il connaissait…”

Ed Vulliamy à Radovan Karadzic au sujet d’un passage de son livre dans lequel il cite un prisonnier du camp d’Omarska qui évoque les meurtres ayant eu lieu au camp de Keraterm.

Radovan Karadzic tente de discréditer la parole du témoin en mettant en doute les faits rapportés. Un extrait de la séquence filmée du contre-interrogatoire, centrée sur un passage du livre d’Ed Vulliamy et sur le dénombrement des morts au sein des camps de Keraterm et d’Omarska, illustre cette stratégie de défense axée sur la fausseté des faits et la partialité de celui qui témoigne. La séquence filmée montre aussi ce que l’analyse sémiologique des enregistrements-vidéo des auditions pourrait apporter.

Aux 200 meurtres rapportés par l’un des détenus interrogé par Ed Vulliamy, Radovan Karadzic oppose une affirmation : les témoins n’ont vu qu’un seul meurtre. La séquence filmée, malgré le cadrage limité, laisse percevoir les interactions entre l’accusé qui mène son interrogatoire et le témoin qui y est soumis.

Si la lecture des minutes de l’audition permet de saisir l’intensité de la confrontation – on repère assez facilement les phrases qui sonnent comme des affirmations catégoriques – la vidéo donne bien entendu accès à la tonalité de la parole et à la communication non-verbale qui sont ici cruciales. Au moment des affirmations, les regards se croisent et les gestes viennent ponctuer ou donner plus d’intensité aux paroles. Alors même qu’Ed Vulliamy n’est pas personnellement impliqué dans les événements au sujet desquels il témoigne – il n’est pas une victime des camps d’Omarska ou de Keraterm – on perçoit à quel point le contre-interrogatoire mené par l’accusé lui-même peut constituer une épreuve.

Extrait des minutes de l’audition d’Ed Vulliamy au procès de Radovan Karadzic le 9/11/2011. Contre-interrogatoire mené par l’accusé qui pose les questions (Q.) auxquelles le témoin répond (A.)

Aux deux premières captures d’écran de la galerie (en haut à partir de la gauche) correspondent les minutes ci-dessus. Radovan Karadzic affirme que le détenu interrogé par Ed Vulliamy n’a rien vu directement et qu’il ne dit pas la vérité ; il affirme de son côté qu’il n’y a eu qu’un seul mort et il lance un regard à Ed Vulliamy après lui avoir demandé pourquoi sa parole aurait moins de crédit que celle du détenu et l’avoir accusé de partialité

“It seems you choose to believe things which are to the detriment of the Serbs quite easily, lightly.”

“On dirait que vous choisissez de croire très facilement ce qui est au détriment des Serbes, clairement” .

Radovan Karadzic à Ed Vulliamy lors du contre-interrogatoire, audition du 9/11/2011

C’est en retour à cette question et à ces attaques directes qu’Ed Vulliamy se tourne vers l’accusé pour commencer par lui dire “Je ne choisis pas de croire les choses en fonction qu’elles desservent tel ou tel côté”. Il répond très directement à l’accusé : “Alors, sauf votre respect, je dois dire que si vous me racontez qu’il n’y a eu qu’un [meurtre], je ne vous crois pas Monsieur ” avant de lever ses mains, montrant ses paumes “Nothing personnal / Rien de personnel…” La réponse d’Ed Vulliamy est d’autant plus pertinente qu’on y retrouve, à y regarder de plus près, les plus anciens critères de validité du témoignage, tirés du droit romain puis repris dans le droit savant médiéval. Testis unus, testis nullius disait le vieil adage. A quelques exceptions près, dans la procédure pénale romaine (et on retrouvera cet impératif dans l’ancien droit français à travers le régime des preuves légales), un témoignage ne vaut que lorsqu’il est corroboré par d’autres. C’est finalement ce qu’Ed Vulliamy oppose à Radovan Karadzic : il ne croit pas l’affirmation que lui oppose l’accusé, non en raison d’une animosité personnelle, mais parce que de nombreux témoignages contraires viennent la contredire.

“I don’t believe you, sir. Nothing personnal. I juste heard differently from so many places and sources and people, including people testifying on oath at this Tribunal, whose testimony has been upheld in a number of cases”

“Je ne vous crois pas, Monsieur. Rien de personnel. J’ai juste entendu autre chose de tant d’endroits, de sources et de gens, y compris de personnes qui ont témoigné sous serment devant ce tribunal et dont le témoignage a été maintenu à l’occasion de nombreuses affaires.”

Réponse du témoin Ed Vulliamy à Radovan Karadzic lors de son contre-interrogatoire, audition du 9/11/2011.

Radovan Karadzic reprend la parole et ponctue à son tour son affirmation d’un geste qui vient soutenir une affirmation catégorique. A la capture d’écran correspond en effet la ligne 6 des minutes ci-dessus : “I told you that they all saw a single killing / Je vous ai dit qu’ils n’avaient vu qu’un seul meurtre

Pour sortir du tour que l’échange commence à prendre, l’un des juges intervient. Après une vue d’ensemble du tribunal, le cadre se fait sur le juge Morrison qui rappelle les règles procédurales du contre-interrogatoire à l’accusé menant sa défense. Il est clair que l’accusé n’est pas convaincu et n’approuve pas les affirmations du témoin, il faut poursuive. Le juge Kwon devra à son tour, quelques minutes plus tard, interrompre l’accusé pour lui demander de nouveau de passer à autre chose.

Extrait des minutes de l’audition d’Ed Vulliamy au procès de Radovan Karadzic le 9/11/2011.
Cite this article as: Ninon Maillard, "Mettre en doute la véracité des faits," in Profil, 10/02/2022, https://procesfilmes.hypotheses.org/1433.
Catégories
webbook

La fabrique du procès “historique”

Les archives filmées du TPIY

Joël Hubrecht et Ninon Maillard

Dans le cadre du programme de recherche Les procès filmés, une mémoire vive : de Nuremberg au procès du 13 novembre 2015, qui court de septembre 2020 à décembre 2023 (LABEX : Les passés dans le présent), il est question de penser le procès filmé comme un objet d’histoire et de mémoire à façonner, dans une dynamique pluridisciplinaire. Le projet part d’un événement contemporain : il trouve sa raison d’être dans le procès des attentats du 13 novembre, qui s’est ouvert fin 2021 après avoir été reporté en raison de la crise sanitaire liée au Coronavirus.

Il se trouve que l’agression russe contre l’Ukraine, les crimes de guerre en cours, la question de la preuve par l’image, le débat autour de la qualification de génocide et autour des poursuites à mettre en œuvre donnent à notre projet une actualité particulière…

En parallèle des réflexions qui sont menées sur le filmage du procès du 13 novembre 2015, en parallèle du projet théâtral Nos reconstructions qui se construit à partir du recueil de la parole des témoins des attentats parisiens, et depuis en lien direct avec l’actualité internationale, nous souhaitons créer une caisse de résonance historique par l’exhumation d’anciennes archives judiciaires filmées, en l’espèce celles du premier tribunal pénal international après Nuremberg et Tokyo : le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie, créé par l’ONU en février 1993, fermé le 31 décembre 2017.

Exploiter les archives filmées du TPIY

Que peut-on en faire aujourd’hui ? Peut-on les réactiver en quelque sorte et si oui, quel est leur potentiel ? Quelles séquences, de quels procès, mettre en valeur aujourd’hui ? Comment établir un cadre de références et mettre à disposition les outils nécessaires pour comprendre ces archives filmées et en faire la matière première de cette histoire judiciaire.

Le projet s’inscrit dans l’idée d’une science humaine, mêlant donc naturellement histoire, droit, anthropologie, littérature et arts visuels, et d’une science universitaire ouverte aux débats publics contemporains et à l’histoire du temps présent : une réflexion aujourd’hui, à l’aide de matériaux d’hier, pour penser et accompagner un événement en cours; une production en ligne pour pouvoir combiner nos synthèses et nos analyses avec les séquences-vidéo d’archives, des entretiens (webinaire), des productions visuelles intégrées à nos travaux ou accessibles par liens suivant qu’elles sont nées dans le sein de ce programme ou qu’elles existent indépendamment de lui, des documents d’archives téléchargés et mis à disposition sur le site par intégration ou téléchargeables depuis d’autres sites (unified court records notamment).

Il s’agit donc non seulement de désenclaver la masse constituée par les archives judiciaires filmées, mais aussi de décloisonner notre approche afin de renforcer les passerelles disciplinaires qui peuvent s’établir à partir de leur usage, qu’il s’agisse d’en tirer de l’informatif, d’en faire le récit, d’en exploiter le potentiel mémoriel et que cet usage soit académique ou non. L’histoire d’un procès historique est une histoire ouverte, riche du travail des enseignants-chercheurs – qu’il s’agisse de juristes ou d’autres spécialistes – du regard artistique et de l’action des personnes concernées par les événements traumatiques, qu’il s’agisse des attentats en 2015 à Paris ou des massacres ayant eu lieu dans les années 90 en Bosnie-Herzégovine… 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search