Catégories
témoignages filmés webbook

L’audition forcée de Ratko Mladic

Le 28 janvier 2014, alors que son propre procès est en cours, Ratko Mladic est entendu par la chambre de première instance du TPIY dans le cadre du procès de Radovan Karadzic. Les stratégies de défense de Ratko Mladic et de Radovan Karadzic se confrontent, le premier faisant jouer son état de santé pour ne pas répondre aux questions, le second espérant obtenir de Mladic un dédouanement partiel dans la responsabilité du massacre de Srebrenica notamment. Le filmage de cette audition reste dans les annales du procès et dans celles de l’histoire car les deux principaux protagonistes des événements tragiques de Bosnie-Herzégovine se retrouvent dans la même salle d’audience devant la justice internationale et ses caméras. Pourtant, sur le fond, l’audition du témoin n’apporte rien, ni à la défense, ni à l’accusation.


Ouverture de l’audience du TPIY, le 28 janvier 2014.
Après ce cadrage serré sur l’huissier, la réalisation suit l’entrée des juges. Le plan suivant permet de voir plus largement la salle d’audience.
Au premier plan, de dos, se trouvent les représentants du bureau du procureur, à droite, la Cour (4 juges, l’équipe du greffe, l’huissier…), au fond, de face, on aperçoit l’avocat du témoin ; tout à gauche de l’écran, on voit Radovan Karadzic qui fait l’objet du plan serré suivant.
Avant de revenir au plan large, la réalisation montre l’avocat de Radovan Karadzic, Me Robinson.
On aperçoit, tout à gauche, les deux écrans qui se trouvent devant le témoin Ratko Mladic mais ce dernier n’entre jamais dans le champ.
(Vidéo fournie avec l’aimable autorisation du Mécanisme international chargé d’exercer les fonctions résiduelles des Tribunaux pénaux (MIFRTP), de l’ONU.)

Le juge Kwon prend la parole et rappelle les péripéties de procédure, Ratko Mladic ayant multiplié les recours pour ne pas témoigner au procès de Radovan Karadzic. C’est parce que le tribunal a rejeté tous les moyens employés que Ratko Mladic se trouve contraint de se présenter. Pendant les propos introductifs du juge, la réalisation s’autorise quelques plans sur l’accusé ou sur le témoin. On voit ce dernier se tenir droit, regarder vers la Cour ou vers Radovan Karadzic. Ce n’est que lorsque le juge l’interpelle “Now I turn to Mr. Mladic” que le témoin semble chercher quelque chose dans ses affaires… Le cadrage montre l’attente du juge et l’esquive du témoin avant de cadrer sur l’avocat de Ratko Mladic, Me Branko Lukic, qui demande alors la parole.

L’avocat de Mladic développe deux points : l’incapacité de son client de témoigner et son droit de ne pas le faire.

Concernant l’état de santé de son client, Me Branko Lukic évoque des troubles de la mémoire qui rendraient ce dernier incapable d’être entendu comme témoin. Incapable de discerner la fiction de la réalité, complétant ses souvenirs défaillants par des faits inventés, fragile sur le plan cardiaque, incapable de lire et de comprendre un simple document… ce que l’avocat affirme, c’est que l’état de santé de Ratko Mladic le rend inapte au témoignage.

We have been told by medical experts, among other things, that he suffers from deception of memory. This is a category of memory disorder, meaning that someone cannot differentiate between the truth and fiction because they are confident they speak the truth even if not doing so

L’avocat de Ratko Mladic à la cour, audition de Ratko Mladic au procès de Radovan Karadzic, 28/01/2014.

Dans un second temps, l’avocat de Ratko Mladic insiste sur le fait que personne ne pouvant obliger Mladic à témoigner à son propre procès, le contraindre à parler ici, au procès de Radovan Karadzic, alors même que les actes d’accusation concernant Karadzic et Mladic sont quasi-identiques, reviendrait à anéantir le droit de son client de garder le silence et de ne pas s’auto-incriminer. L’avocat demande une nouvelle expertise médicale et le respect, par la Cour, des droits fondamentaux de son client.

Capture d’écran de l’audition de Ratko Mladic (28/01/2014), ici pendant l’intervention de son avocat, Me Lukic, qui évoque son incapacité à lire et à analyser un document.

A la demande du juge Kwon, l’avocat de Radovan Karadzic réagit à la requête du témoin et la séquence filmée a ici tout son intérêt puisqu’une fois de plus, la gestuelle vient renforcer le propos de la défense.

Extrait de l’audition de Ratko Mladic au procès de Radovan Karadzic le 28 janvier 2014. Maître Robinson, avocat de Radovan Karadzic, intervient pour souligner l’importance capitale du témoignage de Ratko Mladic.
(Vidéo fournie avec l’aimable autorisation du Mécanisme international chargé d’exercer les fonctions résiduelles des Tribunaux pénaux (MIFRTP), de l’ONU.)

Docteur Karadzic croit que le général Mladic est la personne la mieux placée au monde pour savoir ce qui s’est passé durant la guerre en Bosnie […] et il demande au général Mladic de faire de son mieux pour l’aider à montrer la vérité de ce qui s’est passé durant la guerre. Parce que, de son côté, Dr Karadzic estime qu’il ne se bat pas seulement pour sa propre liberté mais pour le maintien et l’existence de la République Serbe de Bosnie”. 

Traduction en français des propos tenus par l’avocat de Radovan Karadzic au sujet du témoignage de Ratko Mladic, audition du 28/01/2014.

Désignant les représentants du bureau du procureur, l’avocat de Radovan Karadzic se montre très incisif : “c’est ici la ligne de front du Dr. Karadzic…”

En employant ce vocabulaire militaire, l’avocat de Radovan Karadzic appelle Ratko Mladic à rejoindre son client pour faire face à l’accusation et combattre, non pour eux-mêmes, mais pour la République serbe de Bosnie. Le projet de la défense est bien de voir au-delà du prétoire : Radovan Karadzic et Ratko Mladic restent au service des Serbes et de l’entité territoriale serbe en Bosnie. Il ne s’agit pas de défendre son innocence mais de travailler à la survie de la Republika Srpska. Dès lors, l’avocat de Radovan Karadzic somme le témoin de répondre aux questions posées au nom de l’intérêt national et de mettre de côté ses calculs personnels. Les stratégies de défense des deux hommes se confrontent : il n’est pas dans l’intérêt de l’un, d’aider l’autre.

Le filmage de la séquence donne aussi à voir les moments pris par la Cour pour délibérer, hors micro, des requêtes qui lui sont faites. Les moments de ce genre seront nombreux pendant cette audition. La réalisation alterne alors entre plans larges et cadrages serrés. Ces séquences filmées permettent de percevoir des éléments dont l’expéditive ligne des minutes ” [trial chamber confers]” ne rend pas compte. Ces temps-morts, pourtant riches en impressions, en sons, en images, n’apparaissent pas à la lecture des sources judiciaires écrites. A l’occasion de la première délibération de la chambre, c’est Radovan Karadzic qui fait l’objet du choix de la réalisation. Imperturbable, sans un regard pour le témoin, regardant son écran, ses notes ou la Cour.

A l’issue de sa délibération, la chambre rejette la requête portée par l’avocat et tandis que ce dernier écoute avec respect la décision de la cour, la réalisation permet de voir la réaction de Ratko Mladic pendant l’explication du juge Kwon.

Avant même que le témoin n’ait ouvert la bouche, alors que les minutes de l’audience ne donnent aucun élément de plus que les mots qui sortent de la bouche du juge, l’enregistrement-vidéo permet de donner une épaisseur supplémentaire à ce moment judiciaire. L’attitude de Ratko Mladic parle. D’un côté, on ne peut que constater sa déchéance physique, de l’autre, on perçoit la virulence de ses positions vis-à-vis de la justice internationale.

Lorsque le juge Kwon réitère son “Now I turn to Mr, Mladic“, ce dernier s’est exprimé d’une manière qui n’apparaît pas dans les minutes mais qui est patente à l’écran. Par ses sourires sarcastiques, sa manière de se tenir de biais par rapport à la cour, le témoin signale qu’il ne respecte ni le tribunal international, ni ses règles de langage et de procédure.

Appelé par le juge à se lever pour prêter serment avant de témoigner, Ratko Mladic ignore le texte qui lui est montré – l’enregistrement vidéo permet de voir, dans le reflet de la vitre qui sépare le témoin du public derrière lui, la main de l’huissier tenant la formule du serment qui reste tendue dans le vide – et se lance dans une déclaration dont les principaux éléments seront repris et diffusés par la presse internationale.

– I do not recognise this Hague Court. It is a NATO creation. It is a satanic court, not a court of justice, and it is trying us because we are serbs, because we protect our people from you. It —

– Mr. Mladic, I’m cutting you off. Please be seated…

Le juge Kwon interrompt la déclaration de Ratko Mladic qui refuse de prêter serment, (extrait des minutes de l’audition de Ratko Mladic, 28/01/2014).
Extrait de l’audition de Ratko Mladic au procès de Radovan Karadzic en tant que témoin appelé par la défense (28/01/2014).
A la demande du juge Kwon, le témoin se lève pour prêter serment mais refuse de lire le texte qu’on lui tend. Il déclare ne pas reconnaître le tribunal, “satanique”, et se propose de lire une déclaration, ce que la Cour lui refuse.
Contre toute attente, il finit toutefois par prononcer le serment “de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité”.
(Vidéo fournie avec l’aimable autorisation du Mécanisme international chargé d’exercer les fonctions résiduelles des Tribunaux pénaux (MIFRTP), de l’ONU.)

Ce que Ratko Mladic demande, c’est la possibilité de lire une déclaration qu’il a écrite à l’occasion, dit-il, de la saint Sava. Le juge Kwon lui rappelle alors la procédure du tribunal et ce que l’on attend du témoin : ce dernier doit répondre aux questions de la défense (puisque c’est la partie qui l’a appelé à témoigner) puis éventuellement, à la cross-examination du représentant du bureau du procureur mais il n’est pas question d’user de la position de témoin comme d’une tribune. Le juge Kwon a l’occasion d’insister sur la question du rôle d’une audition de témoin lorsque, au début de son interrogatoire, Radovan Karadzic propose à Ratko Mladic de lire sa déclaration pour introduire son témoignage. Laisser le témoin s’exprimer en toute liberté “ne conduit pas à la découverte de la vérité”, rappelle pour la dernière fois le juge avant de demander à l’accusé de procéder à son interrogatoire.

Allowing the witness to speak at his liberty is not conducive to finding the truth…

Juge Kwon à Radovan Karadzic, extrait des minutes de l’audition de Ratko Mladic, 28/01/2014.
Extrait de l’audition de Ratko Mladic au procès de Radovan Karadzic, 28/01/2014.
Le témoin refuse de témoigner et insiste pour lire une déclaration écrite, ce que la cour lui refuse systématiquement.
(Vidéo fournie avec l’aimable autorisation du Mécanisme international chargé d’exercer les fonctions résiduelles des Tribunaux pénaux (MIFRTP), de l’ONU.)

Alors même que Ratko Mladic refuse de répondre et brandit régulièrement la déclaration qu’il était venu lire, les questions de Radovan Karadzic suffisent à révéler ce que l’accusé attendait du témoin et ce que le témoin ne saurait accorder à l’accusé sans que cela ne lui desserve.

4 courts extraits des minutes de l’audition de Ratko Mladic au procès de Radovan Karadzic (28/01/2014).
Alors que le témoin refuse de répondre, Radovan Karadzic insiste pour poser toutes ses questions.

Radovan Karadzic a t-il été informé par Mladic des exécutions qui ont eu lieu à Srebrenica? Dans quelle mesure Radovan Karadzic a t-il participé à la décision de bombarder Sarajevo et de faire tirer sur les civils? Radovan Karadzic a-t-il explicitement ordonné que les non-serbes, musulmans et croates, soient expulsés des zones contrôlées par les Serbes? 

Ces questions nous renseignent sur certains des enjeux du procès en cours mais le témoin sollicité par la défense ne fera la lumière sur aucun de ces points. L’audition permet simplement d’observer un point commun dans les stratégies de défense des deux serbes : user opportunément du tribunal comme d’une tribune politique, s’adresser aux serbes et aux soutiens nationalistes à travers les occasions qui sont données de s’exprimer devant la cour internationale. Les juges de la juridiction internationale entendent bien soumettre ces interventions aux règles de procédure et aux objectif du procès : établir les faits et les responsabilités. 

Cite this article as: Ninon Maillard, "L’audition forcée de Ratko Mladic," in Profil, 17/02/2022, https://procesfilmes.hypotheses.org/1550.
Catégories
témoignages filmés webbook

Mettre en doute la véracité des faits

Capture d’écran de l’enregistrement de l’audition d’Ed Vulliamy. Radovan Karadzic produit un passage du livre d’Ed Vulliamy et l’interroge à ce sujet.

“I’m quoting someone who is quoting maybe people he knew…”

“Je rapporte les paroles de quelqu’un qui rapporte les paroles peut-être de quelqu’un qu’il connaissait…”

Ed Vulliamy à Radovan Karadzic au sujet d’un passage de son livre dans lequel il cite un prisonnier du camp d’Omarska qui évoque les meurtres ayant eu lieu au camp de Keraterm.

Radovan Karadzic tente de discréditer la parole du témoin en mettant en doute les faits rapportés. Un extrait de la séquence filmée du contre-interrogatoire, centrée sur un passage du livre d’Ed Vulliamy et sur le dénombrement des morts au sein des camps de Keraterm et d’Omarska, illustre cette stratégie de défense axée sur la fausseté des faits et la partialité de celui qui témoigne. La séquence filmée montre aussi ce que l’analyse sémiologique des enregistrements-vidéo des auditions pourrait apporter.

Aux 200 meurtres rapportés par l’un des détenus interrogé par Ed Vulliamy, Radovan Karadzic oppose une affirmation : les témoins n’ont vu qu’un seul meurtre. La séquence filmée, malgré le cadrage limité, laisse percevoir les interactions entre l’accusé qui mène son interrogatoire et le témoin qui y est soumis.

Si la lecture des minutes de l’audition permet de saisir l’intensité de la confrontation – on repère assez facilement les phrases qui sonnent comme des affirmations catégoriques – la vidéo donne bien entendu accès à la tonalité de la parole et à la communication non-verbale qui sont ici cruciales. Au moment des affirmations, les regards se croisent et les gestes viennent ponctuer ou donner plus d’intensité aux paroles. Alors même qu’Ed Vulliamy n’est pas personnellement impliqué dans les événements au sujet desquels il témoigne – il n’est pas une victime des camps d’Omarska ou de Keraterm – on perçoit à quel point le contre-interrogatoire mené par l’accusé lui-même peut constituer une épreuve.

Extrait des minutes de l’audition d’Ed Vulliamy au procès de Radovan Karadzic le 9/11/2011. Contre-interrogatoire mené par l’accusé qui pose les questions (Q.) auxquelles le témoin répond (A.)

Aux deux premières captures d’écran de la galerie (en haut à partir de la gauche) correspondent les minutes ci-dessus. Radovan Karadzic affirme que le détenu interrogé par Ed Vulliamy n’a rien vu directement et qu’il ne dit pas la vérité ; il affirme de son côté qu’il n’y a eu qu’un seul mort et il lance un regard à Ed Vulliamy après lui avoir demandé pourquoi sa parole aurait moins de crédit que celle du détenu et l’avoir accusé de partialité

“It seems you choose to believe things which are to the detriment of the Serbs quite easily, lightly.”

“On dirait que vous choisissez de croire très facilement ce qui est au détriment des Serbes, clairement” .

Radovan Karadzic à Ed Vulliamy lors du contre-interrogatoire, audition du 9/11/2011

C’est en retour à cette question et à ces attaques directes qu’Ed Vulliamy se tourne vers l’accusé pour commencer par lui dire “Je ne choisis pas de croire les choses en fonction qu’elles desservent tel ou tel côté”. Il répond très directement à l’accusé : “Alors, sauf votre respect, je dois dire que si vous me racontez qu’il n’y a eu qu’un [meurtre], je ne vous crois pas Monsieur ” avant de lever ses mains, montrant ses paumes “Nothing personnal / Rien de personnel…” La réponse d’Ed Vulliamy est d’autant plus pertinente qu’on y retrouve, à y regarder de plus près, les plus anciens critères de validité du témoignage, tirés du droit romain puis repris dans le droit savant médiéval. Testis unus, testis nullius disait le vieil adage. A quelques exceptions près, dans la procédure pénale romaine (et on retrouvera cet impératif dans l’ancien droit français à travers le régime des preuves légales), un témoignage ne vaut que lorsqu’il est corroboré par d’autres. C’est finalement ce qu’Ed Vulliamy oppose à Radovan Karadzic : il ne croit pas l’affirmation que lui oppose l’accusé, non en raison d’une animosité personnelle, mais parce que de nombreux témoignages contraires viennent la contredire.

“I don’t believe you, sir. Nothing personnal. I juste heard differently from so many places and sources and people, including people testifying on oath at this Tribunal, whose testimony has been upheld in a number of cases”

“Je ne vous crois pas, Monsieur. Rien de personnel. J’ai juste entendu autre chose de tant d’endroits, de sources et de gens, y compris de personnes qui ont témoigné sous serment devant ce tribunal et dont le témoignage a été maintenu à l’occasion de nombreuses affaires.”

Réponse du témoin Ed Vulliamy à Radovan Karadzic lors de son contre-interrogatoire, audition du 9/11/2011.

Radovan Karadzic reprend la parole et ponctue à son tour son affirmation d’un geste qui vient soutenir une affirmation catégorique. A la capture d’écran correspond en effet la ligne 6 des minutes ci-dessus : “I told you that they all saw a single killing / Je vous ai dit qu’ils n’avaient vu qu’un seul meurtre

Pour sortir du tour que l’échange commence à prendre, l’un des juges intervient. Après une vue d’ensemble du tribunal, le cadre se fait sur le juge Morrison qui rappelle les règles procédurales du contre-interrogatoire à l’accusé menant sa défense. Il est clair que l’accusé n’est pas convaincu et n’approuve pas les affirmations du témoin, il faut poursuive. Le juge Kwon devra à son tour, quelques minutes plus tard, interrompre l’accusé pour lui demander de nouveau de passer à autre chose.

Extrait des minutes de l’audition d’Ed Vulliamy au procès de Radovan Karadzic le 9/11/2011.
Cite this article as: Ninon Maillard, "Mettre en doute la véracité des faits," in Profil, 10/02/2022, https://procesfilmes.hypotheses.org/1433.
Catégories
témoignages filmés webbook

Celui qui a vu et su

Etablir la preuve de la présence du témoin sur place au moment des événements

“Q. Do you recognise yourself in the footage?

R. Yes.”

Extrait des minutes de l’audition d’Ed Vulliamy au procès de Radovan Karadzic, le 09/11/2011

L’établissement de la responsabilité de Radovan Karadzic dans l’entreprise de nettoyage ethnique menée dans la région de Prijedor suppose d’apporter la preuve du crime et du lien direct entre l’accusé et ledit crime.

Lors de l’audition d’Ed Vulliamy, les images des camps d’Omarska et de Trnopolje prises par l’équipe d’ITN en août 1992 sont admises par le tribunal comme pièce à conviction : ce sont des preuves à charge c’est-à-dire mobilisées par le procureur contre l’accusé et enregistrées dans la procédure à ce titre.

Le témoin vient corroborer et soutenir l’accusation : il atteste de sa présence au moment des faits ce qui revient à dire que ce que le tribunal voit et entend en novembre 2011 est bien ce que le témoin a vu et entendu sur place en août 1992.

Ed Vulliamy regarde l’écran sur lequel passe la séquence filmée par les reporters d’ITN dans le camp de Trnopolje. Le représentant du bureau du procureur lui demande s’il se reconnaît, puis l’interroge sur l’identité de certains soldats serbes et de certaines victimes.

Qu’Ed Vulliamy apparaisse dans la vidéo est déterminant car cela permet de contrecarrer d’éventuels arguments de la défense qui tenteraient de disqualifier le témoignage du journaliste. Ed Vulliamy est un témoin direct du crime, il a en vu les perpétrateurs – dont certains sont poursuivis par le tribunal pénal international – et les victimes – dont certaines viennent témoigner devant ce même tribunal.

Ed Vulliamy se reconnaît à l’occasion d’un arrêt sur image demandé par le bureau du procureur. Il atteste de la réalité des camps d’Omarska et de Trnopolje et se fait le relai de la parole recueillie auprès de victimes d’un troisième camp : le camp de Keraterm qui est évoqué dans la vidéo. Il peut procéder à l’identification de certaines de ces victimes et de la plupart des responsables locaux filmés.

Arrêt sur image de la séquence filmée par l’équipe d’ITN au camp de Trnopolje en août 1992 et soumis au témoin Ed Vulliamy pour qu’il confirme sa présence sur les lieux.
(Vidéo fournie avec l’aimable autorisation du Mécanisme international chargé d’exercer les fonctions résiduelles des Tribunaux pénaux (MIFRTP), de l’ONU.)
Cliquez sur l’image pour visionner l’intégralité de la séquence.

La présence du témoin sur place est avérée, à l’image (ci-dessus) et dans les minutes de l’audience qui rendent compte des questions-réponses entre le représentant du bureau du procureur et le témoin :

“Vous reconnaissez-vous sur cette image? Oui, je suis tout au bout, je prends des notes de l’autre côté de la clôture; oui, oui, c’est moi. Est-ce que vous voulez que je reconnaisse d’autres personnes?”

Les séquences filmées par les reporters d’ITN et le témoignage d’Ed Vulliamy se complètent et se corroborent l’une l’autre. Le reportage montre les camps, les bourreaux, les victimes. Le témoignage permet d’ancrer ces images dans une réalité incontestable par la défense : le témoin est filmé en 1992 et présent pour parler de ce qu’il a vu et de qu’il en reste en images filmées en 2011. La marge de manœuvre de la défense en est d’autant plus réduite. Radovan Karadzic va néanmoins tenter de décrédibiliser le témoin en mettant en doute son “objectivité” et de remettre en cause la véracité de ce qui est rapporté.

Cite this article as: Ninon Maillard, "Celui qui a vu et su," in Profil, 27/01/2022, https://procesfilmes.hypotheses.org/851.
Catégories
témoignages filmés

Le témoignage d’un bystander : Ed Vulliamy, 09/11/2011

§1. Le filmage

La caméra suit le plus souvent le fil de la parole ou présente, comme en partage d’écran, les séquences filmées et les documents numérisés soumis, en audience, à l’examen du témoin. Aucune prise de vue ne permet de situer Ed Vulliamy par rapport à ses interlocuteurs. La réalisation ne permet jamais de voir à qui le témoin s’adresse, qui il regarde, vers qui il se tourne. Dès lors, il est impossible de voir comment la personne visée par ce geste (juge, procureur, greffier, accusé) y répond.

La communication non verbale, que l’on sait décisive dans cette audience – Ed Vulliamy évoquera cette audition comme un face à face de plus en plus tendu avec Karadzic – échappe complètement au spectateur. Le regard se trouve limité au cadrage serré de la captation et de ce point de vue, le filmage perd une dimension forte au point que la plus-value de l’enregistrement vidéo par rapport à l’enregistrement sonore ou même par rapport aux transcriptions écrites s’amoindrit. Le potentiel du filmage n’est pas exploité.

§2. La richesse de l’audition sur le fond

C’est sur le fond que cette audition se révèle conséquente. Ed Vulliamy a joué un rôle déterminant dans l’établissement des faits qualifiés de crimes par le tribunal. Il appartient par ailleurs à une catégorie bien particulière de témoins : ni victime rescapée, ni bourreau repenti, Ed Vulliamy est l’un des « bystanders » : ceux qui ont « vu et su ».

Raul Hilberg, Perpetrators Victims Bystanders : The Jewish Catastrophe, 1933-1945, New York, Harper Perennial, 1994, cité par Joël Jubrecht, “Vérité journalistique, vérité judiciaire sur les camps de concentration de Prijedor. Le témoignage d’Ed Vulliamy devant le TPIY”, Notes de l’IHEJ, #6-janvier 2014.

En août 1992, Ed Vulliamy se rend avec une équipe d’ITN en Bosnie-Herzégovine, dans la région de Prijedor et visite une partie des camps d’Omarska et de Trnopolje. Les images filmées là-bas ont contribué à faire réagir la communauté internationale en 1992, réveillant le spectre des camps de concentration de la seconde guerre mondiale, et dix ans plus tard, elles sont diffusées dans le cadre des procédures judiciaires menées devant le TPIY.

Quelques repères chronologiques :

  • 30 avril 1992 : les force serbes prennent le contrôle de Priejedor
  • printemps 1992 : création des “centres” d’Omarska, de Keraterm et de Trnopolje.
  • 5 août 1992 : Ed Vulliamy et l’équipe d’ITN visitent et filment les camps d’Omarska et de Trnopolje.
  • 6 août 1992 : reportage d’ITN sur les camps d’Omarska et de Trnopolje (6 minutes 36, Penny Marshall et Ian Williams).
  • 7 août 1992 : publication de l’article “Shame of camp omarska” d’Ed Vulliamy dans The Guardian
  • avril 2002 – juillet 2003 : procès de Milomir Stakic, responsable politique serbe de la région de Prijedor (16-18 septembre 2002 : témoignage d’Ed Vulliamy au procès Stakic)
  • 2001 : découverte d’un charnier secondaire à Jakarina Kosa
  • 2012 : Ed Vulliamy publie The war is dead, Long live the War. Bosnia : the reckoning, Londres, The Bodley Head.
  • 2013 : découverte du charnier de Tomasica

§3. Du côté de l’accusation

Le témoignage d’Ed Vulliamy s’appuie en partie sur une pièce maîtresse de l’accusation qui est une image-preuve ayant fait le tour du monde des télévisions en 1992 : un reportage réalisé par des journalistes anglais avec lesquels Ed Vulliamy a obtenu le droit de visiter les camps de la région de Prijedor.

A. Une pièce maîtresse : le reportage d’ITN diffusé le 6 août 1992.

Reportage de Penny Marshall et Ian Williams diffusé sur ITN le 6 août 1992.

En lien, l’article d’Ed Vulliamy publié dans The Gardian, le 7 août 1992 et intitulé “Shame of camp Omarska” : https://www.theguardian.com/world/1992/aug/07/warcrimes.edvulliamy

Le reportage d’ITN a été commenté par Ed Vulliamy lors de son audition en tant que témoin dans le procès de Milomir Stakic le 16 septembre 2002. Les images filmées furent montrées au tribunal dans leur version originale puis sous la forme du reportage final, monté, avec les commentaires des journalistes. La vidéo ainsi que les minutes en anglais, en français et en serbe sont conservées comme éléments de preuve, enregistrées sous différentes cotes.

On retrouve le même puzzle pour l’audition d’Ed Vulliamy au procès Karadzic, le 9 novembre 2011. Le témoin est alors interrogé sur la base du reportage et de ses précédentes déclarations au procès Stakic.

Pour l’accusation, l’enjeu est d’établir que Radovan Karadzic était bien le donneur d’ordres des militaires serbes agissant dans les camps de la région de Prijedor. Il s’agit donc de consolider la valeur et la force du témoignage en prouvant qu’Ed Vulliamy était bien sur place, qu’il a vu qui faisait quoi, qu’il a entendu ce que les uns et les autres ont dit, qu’il a recueilli la parole de victimes et de témoins dont il peut rendre compte sous serment. 

B. Un objectif : établir la responsabilité de l’accusé grâce au témoignage d’un homme qui a vu et su

Du côté du bureau du procureur, le témoignage d’Ed Vulliamy est un moment important pour établir la responsabilité de Radovan Karadzic en ce qui concerne les déportations de population dans la région de Prijedor, les internements dans des camps, les tortures et les meurtres qui y furent commis. L’accusation s’appuie donc sur ce témoin à charge pour rapporter la preuve de la chaîne de commandement (1) et cherche à neutraliser la défense en étayant les éléments prouvant la présence du témoin sur place (2).

1. Rapporter la preuve de la chaîne de commandement
Note non datée en cyrillique signée par Radovan Karadzic en tant que président de la République Serbe de Bosnie et du parti démocratique serbe, IT-95-5-R61 : Karadzic et Mladic, Exhibit P4a, Date : 28/06/1996, by : prosecution.
2. Etablir la preuve de la présence du témoin sur place
capture d’écran à partir des séquences filmées par les journalistes d’ITN en août 1992 à Omarska, IT-95-5/18 : Karadzic and Mladic, Exhibit P03780, Date : 09/11/2011, by : prosecution.

Ed Vulliamy est amené à répondre ensuite, dans le cadre de la cross-examination de son témoignage, aux questions de Radovan Karadzic. Ce dernier cherche à décrédibiliser le témoin : il s’appuie sur les articles de presse et le livre publiés par le journaliste pour tenter de démontrer, d’une part, que les positions du reporter sont systématiquement anti-serbes et d’autre part, qu’Ed Vulliamy n’a rien vu des crimes dont il témoigne.

§4. La défense de Radovan Karadzic : décrédibiliser la parole du témoin et nier la véracité des faits qu’il rapporte

Du côté de la défense, le contre-interrogatoire mené par Radovan Karadzic lui-même est l’occasion de s’arrêter sur ce qui constitue un axe fort de la stratégie de défense de plusieurs responsables politiques et militaires serbes devant la juridiction internationale : premièrement, le témoin à charge est anti-serbe comme le tribunal pénal international et plus largement l’ONU ce qui pose la question de son objectivité (1), deuxièmement, les affirmations du témoin sont complètement fausses (2) car d’une manière générale, les documents sont falsifiées, les images sont produites sont truquées ou mal interprétées.

1. Remettre en cause l’objectivité du témoin
couverture du livre publié par le journaliste Ed Vulliamy, Seasons in Hell. Understanding Bosnia’s war, en 1994 et dont Radovan Karadzic exploite quelques lignes pour tenter de disqualifier la parole du témoin.

2. Remettre en cause la véracité de ce qui est rapporté

capture d’écran de l’enregistrement vidéo de l’audition d’Ed Vulliamy (9/11/2011). Contre-interrogatoire du témoin mené par Radovan Karadzic. Partage d’écran montrant une page du livre d’Ed Vulliamy dont quelques lignes sont encadrées et font l’objet d’une question de l’accusé pour sa défense.

Cite this article as: Ninon Maillard, "Le témoignage d’un bystander : Ed Vulliamy, 09/11/2011," in Profil, 26/01/2022, https://procesfilmes.hypotheses.org/368.
Catégories
webbook

La fabrique du procès “historique”

Les archives filmées du TPIY

Joël Hubrecht et Ninon Maillard

Dans le cadre du programme de recherche Les procès filmés, une mémoire vive : de Nuremberg au procès du 13 novembre 2015, qui court de septembre 2020 à décembre 2023 (LABEX : Les passés dans le présent), il est question de penser le procès filmé comme un objet d’histoire et de mémoire à façonner, dans une dynamique pluridisciplinaire. Le projet part d’un événement contemporain : il trouve sa raison d’être dans le procès des attentats du 13 novembre, qui s’est ouvert fin 2021 après avoir été reporté en raison de la crise sanitaire liée au Coronavirus.

Il se trouve que l’agression russe contre l’Ukraine, les crimes de guerre en cours, la question de la preuve par l’image, le débat autour de la qualification de génocide et autour des poursuites à mettre en œuvre donnent à notre projet une actualité particulière…

En parallèle des réflexions qui sont menées sur le filmage du procès du 13 novembre 2015, en parallèle du projet théâtral Nos reconstructions qui se construit à partir du recueil de la parole des témoins des attentats parisiens, et depuis en lien direct avec l’actualité internationale, nous souhaitons créer une caisse de résonance historique par l’exhumation d’anciennes archives judiciaires filmées, en l’espèce celles du premier tribunal pénal international après Nuremberg et Tokyo : le Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie, créé par l’ONU en février 1993, fermé le 31 décembre 2017.

Exploiter les archives filmées du TPIY

Que peut-on en faire aujourd’hui ? Peut-on les réactiver en quelque sorte et si oui, quel est leur potentiel ? Quelles séquences, de quels procès, mettre en valeur aujourd’hui ? Comment établir un cadre de références et mettre à disposition les outils nécessaires pour comprendre ces archives filmées et en faire la matière première de cette histoire judiciaire.

Le projet s’inscrit dans l’idée d’une science humaine, mêlant donc naturellement histoire, droit, anthropologie, littérature et arts visuels, et d’une science universitaire ouverte aux débats publics contemporains et à l’histoire du temps présent : une réflexion aujourd’hui, à l’aide de matériaux d’hier, pour penser et accompagner un événement en cours; une production en ligne pour pouvoir combiner nos synthèses et nos analyses avec les séquences-vidéo d’archives, des entretiens (webinaire), des productions visuelles intégrées à nos travaux ou accessibles par liens suivant qu’elles sont nées dans le sein de ce programme ou qu’elles existent indépendamment de lui, des documents d’archives téléchargés et mis à disposition sur le site par intégration ou téléchargeables depuis d’autres sites (unified court records notamment).

Il s’agit donc non seulement de désenclaver la masse constituée par les archives judiciaires filmées, mais aussi de décloisonner notre approche afin de renforcer les passerelles disciplinaires qui peuvent s’établir à partir de leur usage, qu’il s’agisse d’en tirer de l’informatif, d’en faire le récit, d’en exploiter le potentiel mémoriel et que cet usage soit académique ou non. L’histoire d’un procès historique est une histoire ouverte, riche du travail des enseignants-chercheurs – qu’il s’agisse de juristes ou d’autres spécialistes – du regard artistique et de l’action des personnes concernées par les événements traumatiques, qu’il s’agisse des attentats en 2015 à Paris ou des massacres ayant eu lieu dans les années 90 en Bosnie-Herzégovine… 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search